Vous êtes dans la rubrique

Le territoire du Miey de Béarn/

publié par

Communauté de communes du Miey de Béarn

Partager cet article

Le Pont Long, un peu d’Ossau au Nord de Pau

mercredi 30 mai 2012, par Communauté de communes du Miey de Béarn

Situé au Nord de Pau, le Pont Long est un plateau, faiblement ondulé, ayant la forme d’une pointe de flèche, qui s’étend entre Sendets et Mazerolles, sur 20km de longueur et environ 5 km de largeur .

Cette étendue, autrefois marécageuse (origine possible « Pal Loung » signifiant long marécage), rappelait la toundra scandinave, avec ses abondants bouleaux et ses tourbières à sphaignes et plantes insectivores, héritage des glaciations qui ont marqué la région, il y a plusieurs dizaines de milliers d’années.

Longtemps considérée comme terrain infertile, cette immense plaine inculte, a pourtant offert ses maigres pâturages de joncs, de thuyas et de bruyères à des générations de bergers ossalois en transhumance d’hiver avec leurs troupeaux d’ovins et de bovins, entre leurs vallées et les prairies du Bazadais et du Bordelais.

Bien que pauvres et mal drainées, ces terres, dont les pasteurs ossalois «  nomades  » jouissaient déjà au XIIème siècle, furent longtemps une pomme de discorde entre eux et les riverains sédentaires, palois et autres habitants des coteaux. Il y eut des conflits, des expéditions punitives d’Ossalois jusque dans Pau et, parfois, des victimes.

Pourtant, vers 1130, Centule IV vicomte de Béarn obtint des ossalois tout le territoire compris entre la rive du gave et une ligne formée par 3 pieux, pour construire un châtelet dominant le Gave de Pau. Le châtelet puis la ville de Pau se sont édifiés sur ce territoire (en béarnais pieu se dit Pau).

Vers 1775, les troupeaux béarnais furent décimés par une épizootie. Il y eut un déclin de la transhumance, ce qui minimisa l’importance du Pont-Long. Par la suite, les brebis prirent le dessus sur les vaches dans l’économie agro-pastorale des bergers ossalois.
En 1836, les Ossalois acceptèrent que les landes du Pont-Long soient partagées en deux et adjugées en toute propriété, une moitié à la vallée d’Ossau et l’autre entre les 31 communes environnantes. Les plus grosses parts revinrent à Pau (15 %), Lescar (9 %), Morlaàs (8 %) et Maucor (7 %).

En 1853, la communauté Ossaloise (18 communes copropriétaires) se scinda en deux. Le Haut Ossau (autour de Laruns) et le Bas Ossau (autour d’Arudy) se partagèrent leur moitié du Pont Long. En 1865, le Bas Ossau, propriétaire de 1018ha, vendit sa part.

Un siècle plus tard, la mécanisation agricole, les travaux de drainage et l’apport d’amendements calcaires permirent progressivement la mise en culture de ces landes infertiles.

Autour de petites exploitations, la culture du maïs s’est ainsi développée et imposée dans le paysage du Pont Long. Mais aujourd’hui les cultures maraîchères se sont installées ainsi que les prairies où paissent par périodes "les blondes d’Aquitaine".

Au début du XXème siècle, le Pont Long vécut une autre «  révolution  ». Connue pour son climat sans vent, la région fut conseillée aux pionniers américains de l’aéronautique, les frères Wright.

Aujourd’hui, au milieu du développement péri-urbain et des unités industrielles, le Pont Long accueille l’aéroport civil Pau-Pyrénées ainsi que la base militaire des troupes aéroportées du 5ème régiment d’hélicoptères de combat.

Il y a longtemps déjà que la modernité et l’effervescence de ces lieux ont fait oublier les landes austères et silencieuses du Moyen Âge.

P.-S.